19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 06:58
Nouveau succès en orthographe

Le Ciub du Troisième Âge de Clermont d'Excideuil s'est une fois encore bien comporté au championnat d'orthographe, organisé par le secteur des Truffiers de Générations Mouvement. Sur le thème "moulins et châteaux, " l'épreuve ludique s'est déroulée au Change dans une ambiance bon enfant. Le texte, apparemment anodin, dissimulait quelques pièges et s'est révélé très sélectif.

A la proclamation des résultats, nos adhérents Alain Neuhror et Annie Durand, se sont vu remettre les premier et troisième prix. Le champion a généreusement légué aux Clermontois la coupe qu'il a remportée.

Merci et bravo !

En guise d'entraînement, voici le texte de la dictée :

Promenade au pays des châteaux et des moulins

Du haut d’un promontoire abrupt, une baie surmontant l’autel de la chapelle d’Auberoche s’ouvre comme un œil suspicieux sur la vallée de l’Auvézère. Ce monument roman est le seul vestige que l’on voie subsister de nos jours d’un complexe moyenâgeux impressionnant.

Quoiqu’on n’en ait pas dit grand-chose, nous essaierons d’imaginer l’intérieur de cette vaste forteresse, juste avant qu’elle ne fût complètement démolie. Ses remparts d’une hauteur et d’une épaisseur étudiées, étaient bâtis en moellons irréguliers. Coupés çà et là de meurtrières plus finement ouvragées, ils étaient couronnés d’une série de créneaux que reliait un chemin de ronde. On ne sait si le système défensif comprit un jour ici des mâchicoulis. Au centre de l’espace ainsi délimité, au milieu de baraques et de mainte remise, se dressait le donjon, véritable nid d’aigle où venaient incidemment le soir croasser les corneilles.

Vu de l’intérieur cet édifice militaire redoutable prenait un aspect quasi prophylactique pour qui s’y réfugiait en temps de crise. Pour peu qu’on s’en rendît maître –plutôt par la trahison que par la force – on s’acquérait l’hégémonie sur la contrée en toute tranquillité.

La paix revenue, après que notre comté de Périgord eut été confisqué par le roi de France, Le Change prit la physionomie que nous lui connaissons encore, avec ses gentilhommières discrètes aux fenêtres à meneaux, ses moulins à roue à aubes écrasant le grain ou martelant le fer, ses maisonnettes pittoresques qui se sont accordé la mitoyenneté et se sont regroupées en plusieurs petits bouquets mêlant leurs hauts toits rouge vif en faisceaux.

Au hasard d’un méandre, tout le village aux balcons fleuris de fuchsias, de forsythias et autres géraniums, comme une demoiselle parée de ses bijoux, se reflète dans l’eau qu’ici lissent les biefs, et se laisse admirer, conscient de sa beauté.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog du Clermontois
  • Le blog du Clermontois
  • : pour tout savoir sur les activités des associations de Clermont
  • Contact